Résoudre l’énigme du chiffrement dans les services financiers

services financiers

Résoudre l’énigme du chiffrement dans les services financiers

Le chiffrement est devenu courant. L’année dernière, WhatsApp a annoncé que toutes les communications des utilisateurs allaient être chiffrées. Viber et Facebook ont rapidement suivi l’exemple. D’un seul coup, ces trois entreprises ont fait passer la base d’utilisateurs d’un chiffrement fort de ce que l’on pensait être les dénonciateurs et les journalistes à près de trois milliards de personnes dans le monde.

Pendant ce temps, les organismes gouvernementaux s’efforcent d’affaiblir le chiffrement renforcé dans l’intérêt de la sécurité nationale, car les entreprises technologiques, opposées à un tel précédent, soutiennent que la vie privée et la sécurité de millions de citoyens innocents seraient menacées.

Le débat sur le chiffrement a attiré l’attention de tout le monde. Et, couplé au caractère inévitable d’une autre violation de données notable, le chiffrement comme outil pour atténuer la menace est à un niveau record.

Qu’est-ce que cela signifie pour les SF?

Malgré le fait d’avoir été l’une des premières industries à embrasser un programme de transformation numérique, le secteur des services financiers avance lentement dans la course au déploiement de technologies numériques afin d’obtenir un plus gros « morceau de gâteau ». Comme la concurrence de nouvelles start-ups financières numériques continue de croître ; les responsables des banques se focalisent sur des solutions numériques évolutives, comme le chiffrement, pour rivaliser avec succès. Si vous voulez parler à vos clients, la sécurité doit être là. Plus votre sécurité est importante, plus vous pouvez être proche de vos clients. Dans cet article, nous examinons le lien entre les investissements sur le chiffrement et la croissance ainsi que les clients.

Considérez le chiffrement comme un différenciateur concurrentiel

La consumérisation du chiffrement est le moteur de la demande des clients pour des communications numériques sécurisées et, par conséquent, des attentes accrues. La facilité avec laquelle les informations confidentielles peuvent être interceptées aujourd’hui a suscité chez les consommateurs des hésitations pour envoyer ou recevoir des informations privées à moins qu’il y ait un chiffrement, à la fois pendant le transit et au repos. De plus en plus, les banques ou les institutions financières qui n’offrent pas à leurs clients une expérience numérique sécurisée sont considérées comme déconnectées et obsolètes.

Mettre l’accent sur l’expérience client en tant que facilitateur d’affaires numériques

La numérisation et l’automatisation des processus de facturation se traduiraient par des économies de 60 à 80 pour cent par rapport au traitement papier traditionnel. Certaines banques, dont Standard Chartered, ont fixé la barre haut pour réduire le pourcentage des procédures d’incorporation en papier de 90% à 10% d’ici 2018. Standard Chartered s’attend également à ce que les délais d’exécution passent de cinq jours à moins d’une heure en raison de son investissement dans les processus de numérisation. En chiffrant les communications d’incorporation des clients, y compris les communications mobiles, les institutions financières peuvent se tourner vers ces modèles économiques en toute sécurité. Et par conséquent, offrir une expérience client meilleure, plus simple et rapide.

Les problèmes d’entreprise exigent des solutions d’entreprise. Comment pouvez-vous convertir plus de clients à la facturation #sanspapier? https://t.co/2uMJMi7DUB #chiffrement

— Echoworx (@Echoworx) 21 décembre 2016

Investir dans la conformité et la gestion des risques

La Directive sur la Cybercriminalité et l’initiative sur la réglementation générale sur la protection des données récemment approuvée ont permis de mieux faire connaître la technologie de chiffrement. Grâce à ces règlements, les banques et les institutions financières seront tenues de divulguer lorsque les mesures de sécurité des données sont violées. Elles seront également tenues de justifier les raisons de la collecte de données client spécifiques. Le refus de se conformer entraîne de lourdes pénalités financières. Le chiffrement peut protéger numériquement les données sensibles en fonction des politiques, en minimisant la cause numéro un des violations de données, les erreurs humaines. Chiffrer les communications dès le départ n’est pas seulement un moyen d’éviter les amendes réglementaires ; c’est aussi une police d’assurance pour les clients et les partenaires commerciaux, ce qui permet de renforcer la confiance.

Les entreprises britanniques seront passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 17 millions de livres pour #violationdedonnées car le gouvernement a adopté la stricte législation de l’#UE https://t.co/qtQ46uPj6f

— Echoworx (@Echoworx) 21 décembre 2016

Aller de l’avant. Pourquoi le chiffrement n’est pas omniprésent?

L’industrie des services financiers doit prendre le temps et mobiliser les ressources nécessaires pour des initiatives axées sur la sécurisation des communications numériques. Les solutions compatibles au chiffrement ont le potentiel de créer des manières complètement nouvelles de travailler avec vos clients et partenaires. Et avec 16% de clients représentant 105% des bénéfices, la fourniture de services différenciés sera cruciale pour maintenir la fidélité à long terme de ce groupe précurseur.

Les implémentations sous-jacentes des technologies de chiffrement intelligent sont complexes, mais l’expérience utilisateur devient progressivement transparente et homogène. WhatsApp sécurise nos messages sans que nous ayons à y penser. On doit faire la même chose dans les services financiers pour les relevés bancaires, les demandes de prêt hypothécaire et autres documents confidentiels. En effet, dans une société exigeant des services numériques dans toutes les professions, c’est nécessaire pour rester pertinent et compétitif. Aujourd’hui, avec l’augmentation du chiffrement, les institutions financières sont mieux armées pour aller au-delà des attentes de leurs clients en favorisant la confiance et en démontrant un engagement à protéger la vie privée, tout en augmentant les revenus et la productivité.

Ce livre blanc présente les principaux règles, directives, meilleures pratiques et risques inhérents, et suggère les façons dont les entreprises peuvent utiliser la technologie de messagerie électronique pour se protéger, protéger leurs clients et leurs représentants. En outre, il examine certains problèmes que les entreprises peuvent rencontrer lors de l’activation des technologies de chiffrement des courriels.

Par Jacob Ginsberg, directeur principal, Echoworx

Cet article a initialement paru dans Global Banking and Finance Review