Sécuriser les silos : les arguments en faveur d’une approche omni canal du gouvernement numérique


Sécuriser les silos : les arguments en faveur d’une approche omni canal du gouvernement numérique

Et si le gouvernement fonctionnait comme une entreprise ? Que se passerait-il si un bureaucrate d’un ministère pouvait communiquer de façon transparente et sécuritaire avec un politicien d’un autre ministère ?  Que se passerait-il si les ministères pouvaient travailler en collaboration à l’obtention des contrats ?

Lorsqu’un gouvernement adopte une stratégie numérique d’abord, des communications sécurisées et efficaces jouent un rôle important dans la rationalisation du fonctionnement de son système. Qu’il s’agisse de tâches de première ligne, comme l’envoi d’une ordonnance ou d’un permis de conduire temporaire, ou de tâches internes plus complexes, comme l’acquisition d’un nouveau navire de recherche de plusieurs millions de dollars, le besoin de lignes de communication souples, sans friction et sécuritaires existe à presque tous les niveaux.

1) Omni canal, c’est une question de collaboration

En marketing, une approche omni canal des ventes implique une expérience d’achat sans faille, peu importe où se trouve le client ou ce qu’il regarde. Pour le gouvernement, une expérience omni canal implique un environnement de collaboration sans obstacle entre tous les départements, tous les ministères et tous les niveaux au sein du gouvernement. En d’autres termes : un gouvernement numérique, qui vise à rationaliser tous les services, devrait s’efforcer de créer un environnement omni canal.

2) Le cryptage doit faire partie de la conversation

Qu’il s’agisse de la réglementation générale de l’UE sur la protection des données (GDPR) ou des lois régionales sur la protection de la vie privée aux États-Unis, comme l’AB375 de la Californie, la vie privée continue d’être un moteur majeur de la politique entourant tout ce qui est numérique. Ainsi, lorsqu’il s’agit de rationaliser les communications entre les ministères, le public, les fournisseurs tiers, les groupes de pression ou d’autres organisations externes, les messages contenant des données personnelles sensibles doivent être protégés par un cryptage infaillible pour aider à atténuer le risque que des atteintes aux données font la manchette.

3) Le cryptage devrait permettre un gouvernement numérique – et non l’entraver

Dans le secteur privé, le cryptage est en train de devenir un différentiateur concurrentiel, les clients préférant les organisations qui accordent de l’importance à leurs données personnelles. Cet aspect du mantra du client d’abord ne devrait pas être différent pour le gouvernement numérique. En plus d’offrir une expérience de cryptage sans friction, tant pour les utilisateurs internes qu’externes, un outil de cryptage efficace doit être suffisamment flexible pour convenir à chaque cas d’utilisation gouvernementale – des commandes complexes de marchés publics à quelque chose d’aussi simple qu’envoyer une ordonnance à un patient par un médecin.

Découvrez comment ces entreprises tirent parti de notre plate-forme de cryptage OneWorld.

4) Un bon cryptage devrait s’amortir de lui-même

Puisqu’ils sont financés par les gens qu’ils servent, les gouvernements doivent justifier chaque dollar (et chaque sou) dépensé. Par conséquent, l’adoption d’une solution de cryptage robuste et flexible avec tous les détails n’est généralement pas la priorité en termes d’allocation de leurs budgets. Mais, bien qu’une plate-forme de cryptage efficace puisse être coûteuse, les avantages en termes de réduction des coûts devraient l’emporter sur les frais généraux.

Prenons l’exemple de la plate-forme de cryptage OneWorld d’Echoworx. Selon une étude récente de Total Economic Impact™ (TEI) menée par Forrester Research, les réalisateurs de OneWorld peuvent bénéficier d’une période de retour sur investissement de moins de sept mois – en plus d’un retour sur investissement (ROI) de 155 pour cent et de plus de 2,7 millions de dollars en bénéfices de réduction des coûts.

 Voir l’étude TEI complète de Forrester Research ici.

Le numérique, c’est mieux. Point final.

Bien que les préoccupations initiales puissent inclure des questions concernant l’accessibilité pour les membres du public qui ne sont pas à l’aise avec la correspondance numérique, ou peut-être des questions plus abstraites concernant la sécurité, au bout du compte, les citoyens de tout gouvernement numérique apprécient rapidement les avantages des communications cryptées par rapport au courrier postal. La facilité d’accès offerte par la nature instantanée des messages numériques, associée à une excellente expérience utilisateur et sécurisée par des algorithmes sans faille, est difficile à contester.

 Voyez si Echoworx convient à votre gouvernement.

Par Michael Roberts, vice-président de la technologie, Echoworx