Si vous n’êtes pas le client, vous êtes le produit

surveillance

Si vous n’êtes pas le client, vous êtes le produit

Est-ce que cela dérange vraiment quelqu’un?

Le mois dernier, nous avons eu l’occasion de parler avec Bruce Schneier, expert en sécurité et protection de la vie privée, sur la surveillance de masse et les batailles cachées qui se déroulent dans les coulisses pour recueillir nos données … toutes sortes de données!

Sans perdre de temps, Bruce a commencé la conversation en nous rappelant que tout ce que nous faisons en utilisant un ordinateur, crée un enregistrement transactionnel de ce que nous faisons. Et je veux dire « tout« . Naviguer sur Internet, avoir un téléphone portable, faire un achat, utiliser un capteur IoT ou passer devant une caméra de surveillance crée des données sur nous. Toute activité sociale que nous faisons en ligne – appels téléphoniques, e-mails, messages texte, chats en ligne, crée des données sur nous.

Beaucoup de ces données qui sont produites et stockées sont appelées métadonnées, ce sont essentiellement des données sur les données. L’explication de Bruce a vraiment mis les choses en contexte pour moi : Je fais un appel avec mon téléphone portable – les données c’est la conversation que nous avons et les métadonnées c’est mon numéro de téléphone, le vôtre, la date, l’heure, la durée et le lieu de notre appel.

Voici un teaser de la première partie de notre discussion intéressante sur :
Le business de la surveillance.

Dans plusieurs contextes, les métadonnées sont en réalité beaucoup plus importantes que les données de conversation. Les métadonnées suivent nos relations et nos interactions, elles captent ce qui nous intéresse, ce qui est important pour nous – les métadonnées révèlent qui nous sommes. Comme Bruce l’a si bien souligné, nous vivons sous surveillance constante et cette surveillance est accessoire. C’est un effet secondaire de l’utilisation de tous ces services informatiques dont nous sommes devenus si dépendants. C’est caché.

Lorsque nous naviguons sur Internet, nous ne voyons pas les dizaines d’entreprises qui nous suivent silencieusement. Ce n’est pas comme si 12 personnes derrière nous regardaient par-dessus notre épaule. Nous ne voyons pas les cookies. Nous ne voyons pas la plupart des caméras de surveillance. Il est difficile de les éviter parce que nous devons utiliser des choses comme une carte de crédit, nous devons avoir une adresse électronique. Bien sûr, nous pouvons choisir de ne pas avoir un compte GMail si nous ne voulons pas que Google stocke tous nos e-mails, mais Google recevra toujours nos e-mails parce que si nous n’utilisons pas GMail quelqu’un d’autre que nous connaissons l’utilise. C’est ce que Bruce appelle une surveillance omniprésente. Qu’est-ce qui fait que la surveillance omniprésente est différente – pourquoi devrions-nous nous en préoccuper? Voici un excellent exemple. Il ne s’agit pas de suivre une voiture mais toutes les voitures. Et quand vous pouvez suivre chaque voiture, il y a des choses que vous pouvez maintenant faire que vous n’auriez pas pu faire autrement.

Ce qui était le plus intéressant pour moi, c’est que ces données sont également collectées et utilisées par des entreprises de toutes tailles. Il existe des systèmes d’entreprise conçus pour nous espionner en échange de nos services. Comment et pourquoi c’est arrivé ? La faute à Internet. Avec l’impossibilité évidente pour les entreprises de facturer les nombreuses choses sur Internet et les gens qui s’attendent à ce que l’Internet soit gratuit, la publicité comme modèle d’affaires était tout ce qui restait. Toutes ces données que les sites Web collectent sur nous sont divisées par les agences en petits segments ciblés que les entreprises peuvent ensuite acheter et utiliser à un prix plus élevé.

Rappelez-vous le titre : Si vous n’êtes pas le client, vous êtes le produit. Alors je pose la question suivante: « est-ce que cela vous dérange? »